Maquistador est né de l'envie d'être bien chez soi !

 

Maquistador est né dans le chaos de mon retour de congé maternité.
Et pourtant, sans ce chaos dans ma vie, rien n’aurait changé, je n’aurais jamais osé.

Le chaos est un cadeau, c’est la voie de la transformation.

Je me suis rendue compte à quel point on peut se contenter d’une vie sans bonheur, tout simplement parce qu’on a peur.
Peur du regard des autres, peur du changement, peur de la confrontation, peur de blesser, peur de ne pas y arriver… et même peur de réussir (oui oui c'est possible) ! 

C’est dans le chaos de mon retour de congé maternité que la vie a finalement repris tout son sens au moment où je pensais l’avoir le plus perdu.

Ce projet m’a sorti la tête de l’eau, j’ai travaillé sur cette idée au départ pour me « changer les idées »... et puis tout est allé très vite !

Un retour au boulot très difficile, rempli de reproches concernant ma grossesse et le fait "d'être partie", d'avoir quitté quelques mois mon travail... comme si je les avais trahis ! Des mots extrêmement violents, dévalorisants, humiliants à longueur de journée. Jusqu'à ce que je craque.

Bloquée à la maison par cette situation qui s'enlisait, je me suis dit que j'avais envie de me sentir bien chez moi. J'ai eu cette idée un soir alors qu'on allait se coucher, je me suis dit que je ne supportais plus nos vieux chaussons très moches. J'avais besoin de beau, d'élégant, de couleurs, d'optimisme ! 
J’ai donc avancé en suivant mon intuition, mes envies, en luttant tous les jours contre mes peurs, puis en apprenant à les accepter sans les laisser me maîtriser.

C'est aussi à ce moment là que nous sommes allés avec mon mari au concert de M. Une bouffée de bonheur, de joie, d'humanité, l'univers de Matthieu Chedid est une vraie bouffée d'oxygène. C'est aussi pour cela que j'ai eu envie de lui rendre hommage à travers le nom de ma marque qui vient de sa chanson "Machistador". 

Lorsque je me suis donc lancée dans cette idée, j'ai commencé par chercher un fabricant français, l’étape la plus compliquée de mon projet et pourtant la plus importante. C’est ainsi que j’ai découvert une industrie en péril, qui doit faire face à une concurrence très importante notamment du Portugal. J’ai découvert des personnes qui se battent jours après jours pour sauver des emplois, pour préserver le savoir-faire français pourtant inégalable. J’ai été conseillée par des personnes au coeur si grand et si généreux qu’après une période si dure j’avais perdu espoir que cela existe encore !

Maquistador est né d’une belle rencontre professionnelle, celle avec mon fabricant.

Il a toujours travaillé dans le secteur de la chaussure de luxe et a hérité de cette passion de son père, lui même artisan cordonnier. Il a d'abord fait ses armes dans une maison emblématique de la chaussure de luxe pour homme avant de se mettre à son compte. 

C’est ensemble que nous avons créé nos souliers d’intérieur et développé la semelle la plus confortable qui soit, unique, elle s’inspire des semelles de danse pour leur confort, leur souplesse, leur légèreté.

Tout est allé très vite !

En quelques semaines seulement après notre rencontre je recevais mes premiers prototypes. Quelle joie immense !

J’ai découvert avec la plus grande admiration un savoir-faire unique. Plus de soixante étapes différentes sont nécessaires à la fabrication d’une paire de Maquistador, toutes sont réalisées à la main dans la plus pure tradition.

Aujourd’hui je porte un regard différent sur les chaussures, je les regarde avec admiration et respect.

Mon fabricant, comme les quelques survivants de notre artisanat français, se bat pour préserver l’emploi de ses salariés fidèles depuis tant d’années. C’est une famille unie qui s’est créée dans cet atelier et qui fait face ensemble.

Mon projet je leur dois complètement et je les remercie du fond du coeur pour leur travail, leur gentillesse et leur réactivité.

L'optimisme, la joie de vivre ont guidé ce projet. J'ai mis tout mon coeur dans Maquistador, j'avais besoin de cette porte de sortie remplie d'espoir et de bonheur. 

Maquistador représente mes souvenirs d'enfance avec ma soeur et ma maman à écouter mon père jouer au piano le soir et le weekend, à écouter mon grand-père jouer du violon. Des vrais moments de joie partagés que je reproduis aujourd'hui avec mes enfants lorsque tous les soirs on met la musique à fond, on danse, on décompresse ensemble de la journée. La passion de la musique c'est une histoire de famille, je la partage également avec mon mari, c'est vital pour nous et j'espère la transmettre aujourd'hui à nos enfants. 

Alors, n'oublions jamais l'essentiel : porter une belle paire de Maquistador, monter le son, écouter, se laisser aller, danser, chanter, aimer et vivre !
C’est la plus belle des thérapies !

A bientôt,

Camille.

 

 

2 commentaires

  • Félicitation pour t’etre lancé dans ce challenge. Tres beau message et je suis sur que tu vas cartonner, c’est inspirant.
    Tes produits sont magnifiques et je pense probablement craquer bientot.
    Tu livres a Singapore ?
    Embrasse Seb et les petits.

    Gregoire sautet
  • Bravo Cam pour ton témoignage et pour la conduite de ce magnifique projet c’est loin d’être un parcours de santé de créer sa propre entreprise et tu as mener de main de maître cette première étape. Je te souhaite tout le meilleur et plus encore.

    Bouvier

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés